Les rêves d’Eurydice

Création : 2002 / 2003
ADDMC 52 Saint-Dizier (Haute-Marne)

Chorégraphie et scénographie : Doriane Larcher
Musique originale : François Kokelaere
Lumière : Claude Grimonet

Au-delà du mythe, cette Eurydice là aurait pu s’appeler Alice ou Juliette ou porter le prénom de toutes ces femmes qui l’espace d’un instant, basculent dans le monde merveilleux de l’enfance et du rêve.

Un plateau blanc, dénudé, espace imaginaire idéal.

Eurydice y rencontre un porte-manteau, un porte-veste devrait-on dire, plutôt , posé là, comme par hasard, comme dans un rêve où les images, les couleurs, les sensations, les impressions sont parfois si fortes qu’on les dirait réelles.
Des vestes accrochées à cet Orphée inconnu.
Conversation chorégraphique où la danse et cet « autre invisible » se cherchent, s’apprivoisent, tourbillonnent dans l’espoir d’un hypothétique retour.
Cette Eurydice là, à la fois si tendre, si amicale, si gracieuse, devient soudain désespérée. Comme un instinct de survie, comme un sixième sens qui la mettrait en garde, qui lui dirait que cette situation n’est pas vraie.
Elle se démènera, bousculera, charmera mais inéluctablement, elle reviendra vers le store de ses espoirs fous, fenêtre, miroir, porte, passage obligé vers l’autre monde.

Allez Eurydice, réveille-toi. Tout cela n’était qu’un rêve !